La hache et la rose
_MG_6010_W
_MG_6524web
_MG_5995_W
DSC_9486_W
_MG_6009_W
_MG_6521web
DSC_9492_W
_MG_6531web
DSC_0022_W
_MG_6533web
DSC_9507_W
_MG_6532web
_MG_6537web
_MG_6541web
_MG_6542web
DSC_0020_W
_MG_6544web
DSC_9505
_MG_6547web
_MG_5980_W
DSC_0013_W
DSC_0015_W
DSC_0025_W
DSC_0012_W

Domaine de Kerguéhennec

Parc de sculptures

Bignan, Morbihan, Bretagne

Installée depuis mars 2015

Directeur : Olivier Delavallade


La hache & la rose   

 

2014 - 2015

Douglas, inox

30 x 15 x 7 mètres



En résidence à Kerguéhennec, Matthieu Pilaud a choisi d’investir « un espace charnière, au carrefour de deux chemins, une petite clairière d'où s'élancent de grands arbres ». S’accrochant aux troncs sans pour autant les meurtrir, la sculpture qu’il construit se développe en une succession de modules hexagonaux de bois de charpente. Ce sont les arbres mêmes, – six érables et six tulipiers de Virginie –,  qui par leur position déterminent les points d’inflexion de la ligne serpentine. Comme un organisme en croissance, cette structure filaire relie les arbres entre eux, traverse l’enchevêtrement des troncs et des branches en induisant un regard horizontal dans un paysage de verticales. Mais c’est aussi à la déambulation qu’invite une telle œuvre, par le chemin qu’elle dessine dans les hauteurs, proposant ainsi d’entrer en relation étroite avec la nature.


 « Shakespeare : rendez-vous d'une rose et d'une hache... », écrivait Cioran dans Syllogismes de l’amertume. Mathieu Pilaud s’est inspiré de cette rencontre des opposés pour nommer l’œuvre qu’il déploie au cœur de la forêt de Kerguéhennec. Convoquant tout un imaginaire, ces deux mots associent la brutalité à la délicatesse, mais évoquent aussi un certain rapport de l’homme à la nature : le bois que l’on fend, grâce auquel on construit, et le rosier qui grimpe et s’enroule sous la forme d’élégantes arborescences. En une fusion de ces deux énergies, l’œuvre de Mathieu Pilaud propose un équilibre entre art et nature. Enfin, à chaque extrémité de l’œuvre prennent place des formes en acier soudé que l’artiste décrit comme des « objets hybrides entre le masque, le bouclier ou le blason... [et qui] sont les feuilles, les fruits, les visages de ce grand arbre couché qui danse entre ses congénères ».


Florence Jaillet


Production :

Domaine de Kerguehennec


Aide à l'installation :

Nicolas Pesquier


Remerciement :

Fanny Didelon


Photographies :

©Domaine De Kerguehennec

©Matthieu Pilaud


Copyright © All Rights Reserved